Les ateliers litteraires "Mot à Mot" en quelques phrases

Ecrire en atelier avec une romancière c’est:

« Apprendre à mettre en écriture cette part de soi, réelle, imaginaire, personnelle, remisée, laissée en friche dans l’attente un jour, d’écrire pour transmettre. Mais pour écrire, il faut oser et surmonter parfois des interdits. C’est le rôle de la romancière de provoquer l’émergence de cet écrit qui sommeille en chacun de nous, et de l’accompagner vers le plus haut : la lecture. »

Depuis dix ans, Joëlle Guillais anime des ateliers littéraires en collaboration avec l'Université Paris 1 -Sorbonne, la Maison des écrivains, la Drac ainsi que des centres culturels. Elle intervient aussi en tant que formatrice en milieu professionnel à partir d’une méthode expérimentale qu’elle a conceptualisée afin de potentialiser les ressources de chacun et de favoriser la création professionnelle ainsi que la réinsertion professionnelle.

A quoi sert un atelier d’écriture :

- Susciter l’émergence du potentiel créatif avec des thèmes conçus et élaborés pour accompagner l’écriture vers la création littéraire.

- L’atelier devient « une chambre à soi » afin de se poser et de se déployer pour partager le plaisir de la diversité et de la découverte.

Des outils évolutifs :

- Les ateliers sont des lieux de formation, de convivialité et de production littéraire.

- Les « auteurs » apprennent à relire et retravailler leurs textes. En effet, la spécificité des Ateliers « Mot à Mot » est de proposer un retour sur les textes et un suivi de l’évolution de chaque « auteur » selon le rythme et le potentiel de chacun.

- Afin de réunir les conditions les plus favorables pour réussir ce travail de créativité et mener les auteurs d’ateliers vers ce qu’ils souhaitent, Joëlle Guillais est à l’écoute de chacun.

- Chaque semestre : L’atelier « Mot à Mot » organise une rencontre et les auteurs lisent leurs textes en public.

- L’un d’entre eux a donné lieu à la publication d’un roman collectif Les causeuses une aventure sociale et culturelle avec des femmes en banlieue. « Qui sont les causeuses d’Hérouville, ces prétentieuses inconscientes qui, dans l’inconfort de la cité, se racontent ? Il faut les voir écrire à mains nues et s’élever avec poésie et imaginaire vers la littérature… » Joëlle Guillais.

- Des projets éditoriaux s’élaborent : Amélie Grossmann-Etoh, étudiante et auteure de l’atelier Mot à Mot, vient de publier son premier roman écrit et travaillé avec Joelle Guillais. Cf Blog.

- Les ateliers « Mot à Mot » sont ouverts à d’autres créateurs. Régulièrement, Joëlle Guillais invite des photographes, des plasticiens qui découvrent la qualité des textes écrits à partir de leur travail.

Fonctionnement de l’atelier:

L’atelier se fait en deux temps, un temps pour écrire, un temps pour lire les écrits. Une séance dure environ trois heures, à raison de trois fois par mois. Retour sur textes et mise en voix publique.
Pour plus d’informations, appelez au : 06 81 14 57 42
Adresse email : guillaisj@yahoo.fr
Atelier « Mot à Mot » à Paris : Métro Motte Picquet-Grenelle ou Métro Avenue Emile Zola.

29 avril 2012

Laisse parler les filles - Oriana Gatica


Retrouvez l'article ci-dessous sur le blog d'Astrid MANFREDI - LAISSE PARLER LES FILLES

-- L'auteure que je vous invite à découvrir aujourd’hui, à lire, relire et peut-être même à dévorer si vous en avez l’appétit, s’appelle Oriana Gatica. Rencontrée lors de l’atelier mot à mot animé par la romancière Joelle Guillais, j’ai eu  instantanément un coup de foudre pour son style, ses phrases musicales dont la radicale nouveauté épousent si bien nos tragédies intimes, nos petites ou grandes bassesses.  Joelle Guillais dit d’Oriana : “qu’elle a le talent d’arracher l’écho poétique des mots les plus ordinaires en jouant de l’ellipse ou de la répétition. Les mots se comptent. Et comptent pour conter des histoires graves selon une esthétique littéraire talentueuse. On retient son souffle en lisant cette écriture d’une rare séduction”.

Territoire
Un texte d’Oriana Gatica

   Terrain devant soi, sous le pied posé, vaste marécage de terre, plat, aux bruits fermé. Terrain vidé que toi et moi on regarde. Pas parfait quand on l’a eu, joli mais pas parfait. Alors toi et moi on a travaillé à le rendre plus lisse, on l’a vidé, on l’a nettoyé. D’abord les herbes parce qu’elles gênaient, les mauvaises herbes, celles qui entravent lorsqu’on se promène au petit bonheur. Arrachées les herbes, les fleurs. Les arbres aussi, qui se tenaient là debout, obstinés, comme s’ils étaient présents de toute éternité, comme si c’eût été une garantie ou un droit pour subsister, décapités les arbres.
 Et alors on pouvait marcher exactement où on voulait. Mais y avait les chiens encore et pis les chats ; gênants les chats, ça miaule, ça se frotte, dégagés les chats et les chiens avec. La terre meuble, on peut pas graver son nom dessus alors tout le monde pense que ça appartient à tout le monde, mais c’est pas vrai, le sol il est à nous, rien qu’à nous. Les foutus gosses aussi on a du les dégager. C’est triste. Mais qu’est ce qu’ils croyaient donc, que le terrain c’est fait rien que pour les jeux. On a enlevé les jeux, mais ils venaient, ils revenaient, ils jouaient encore, avec les pierres, avec la forme des nuages. On pouvait pas enfermer les nuages, mais les pierres, dégagées les pierres. Ben même après ça ils revenaient encore. Alors le terrain on l’a fermé de gauche à droite et de haut en bas, défense d’entrer, de creuser, d’escalader, de jouer, de regarder, de nommer. Chaque fois qu’on chopait un gosse, on le giflait. Les nuages aussi on les aurait bien giflés, c’était leur faute. Ils ont fini par plus revenir
Je sais pas maintenant où ils jouent tous, les chiens, les chats, les gosses, les nuages, les herbes bonnes ou mauvaises. En tous cas ils sont plus là et le terrain on peut y circuler librement, il est à nous, rien qu’à nous. Le terrain, il est plus rien en fait, plus rien du tout. Laid, morne et boueux. Pour pas gâcher, on avait rien voulu replanter, on se contentait de le regarder et d’en jouir, on paradait, mais à force c’est lassant un terrain où y a rien de rien. On aurait bien exclu encore deux ou trois petites choses mais plus rien à exclure, plus rien à dégager que la terre elle-même, et nous. Pourtant le terrain, même laid, morne et boueux, c’est le nôtre. Clôturé, décapé, impeccable marécage de terre. Vide. --